Hier soir nous étions une petite quarantaine, tous conviés dans l’ancienne imprimerie du quotidien Le Monde pour rencontrer Jacques-Antoine Granjon PDG et fondateur de vente-privee.com. Rénovée il y a 15 ans pour accueillir les locaux de vente-privee et ayant été un lieu de stockage lors des premiers pas de l’entreprise, c’est de là qu’est parti le premier colis après la création de l’entreprise en 2001.

Des premiers échecs de vente-privee au début des années 2000 jusqu’aux 1,6 milliards de chiffre d’affaires l’année dernière, décryptage et histoire d’une success story française.

Les années 90 : le début du déstockage de masse

Fin des années 90, les entreprises commencent à délocaliser leurs chaînes de production. Le coût de production y étant 100 fois moins cher qu’en France, les sociétés s’y précipitent, en particulier les productions de textiles pour des marques de vêtements. Vu les prix attractifs ces entreprises se mettent à commander en gros, c’est le début de la sur-production.

A partir de ce moment là, voici à peu près ce qu’il advient des produits de ces marques. 50% se vendent en point de vente après l’acheminement des produits, 40% sont vendus après coup pendant les soldes où dans des surfaces de discount et … 10% de ces produits sont invendus. Ces produits n’ont même pas quitté les stocks. C’est de la que rentre en scène le monde du déstockage.

Contourner la mauvaise image du destockage

L’aventure commence en 1985 lorsque Jacques-Antoine Granjon s’associe à un ami rencontré lors de ses études à l’EBS et crée une entreprise de déstockage. En 2000, il voit avec ses associés en Internet « la possibilité de faire entrer le monde entier dans une boutique virtuelle présentant des catalogues numériques ». C’est ainsi qu’est née l’idée simple et néanmoins révolutionnaire de vente-privee, alors que l’e-commerce démarrait à peine en Europe : créer des évènements quotidiens de qualité en partenariat avec des grandes marques, limités dans le temps, limités en produits, proposés avec une forte décote pour des raisons industrielles ou promotionnelles, et mis en scène de façon qualitative, avec un service visant l’excellence.

Se planter, c’est avancer

Le succès n’est pas immédiat et il faudra attendre 3 ans, de travail acharné, d’échecs, d’essais pour finalement décrocher le succès qui va propulser l’entreprise : 140 000 euros d’achats pour une vente … de lingerie. Et c’est en 2004 que le modèle vente-privee a connu un véritable essor grâce à l’arrivée de l’ADSL dans les foyers.

En l’espace de 10 ans vente-privee compte plus de 2000 collaborateur !

L’amour du fondateur pour Saint Denis 93

Il n’a cessé de le dire : La Plaine Saint Denis a été une des clés du succès. En 1988, il a choisi d’y installer l’entrepôt de l’une de ses premières sociétés de déstockage et d’y rester lorsque l’idée de vente-privee.com a commencé à germer. La Seine-Saint-Denis est pour lui un endroit d’une grande richesse, de diversité.

Vous passerez plus de temps en entreprise qu’avec votre famille. Selon le fondateur, c’est un territoire à explorer pour les entreprises. C’est ici que se prépare l’avenir; on y croise énormément de talents !
Ainsi la multitude de cultures dans le 93 représente une vraie richesse pour la société dont les fondateurs nous ont fortement conseillé de rester dans cet environnement, ce dernier multipliant les projets de pépinière d’entreprises pour le développement de la zone.