Introduction

Vous êtes probablement sur un navigateur connu tel que Firefox, Chrome ou encore Internet Explorer. Vous naviguez sur l’immensité du web, il fait plutôt beau et vous vous rendez sur vos îles quotidiennes préférées : Facebook Island, Twitter Coast et CNN Harbour (par exemple).

Vous connaissez bien cet océan, il y fait bon vivre. C’est entre deux de ces îles que vous jetez un coup d’oeil par dessus votre Firefox 35.0.1, qui a fière allure aujourd’hui. Vous regardez la mer et son bleu profond en vous rappelant la discussion de la veille avec un autre navigateur, qui vous avait semblé suspect. Il vous avait dit s’appeler “Tor”.

« Beaucoup de marins comme toi passent leur vie à naviguer sans même regarder sous leurs pieds. Tu penses connaitre l’océan, hein ? Tu ne sais rien. Nous avons tous été berné par une réalité que nos capitaines nous ont imposée ! Tu sais, l’océan ne se limite pas qu’à sa surface ; il y a des milliards de mètres cubes d’eau en dessous … remplis de secrets »

La phrase résonne dans votre tête. Les capitaines nous cacheraient quelque chose ? C’est absurde. Tout va bien, le soleil brille et l’archipel des îles n’a jamais connu autant de plaisanciers qu’en cette année 2015. Qu’est ce qu’ils pourraient nous cacher … à nous ?

Vous décidez de prendre votre courage à deux mains et de partir à la recherche de ces secrets. Après vous être mis sur le bord de votre bateau, vous vous jetez par dessus bord, devenant pour la première fois de votre vie une proie facile au milieu de cet immensité. Vous inspirez profondément et plongez, laissant votre navire à la dérive.

Bienvenue sur le Deep Web

Le web auquel vous avez accès tous les jours, appelé Clear Web, ne représente environs que 10% du web total. Et ce volume est déjà suffisamment grand pour que vous ne puissiez même pas en voir le centième. Les 90% restants ne sont pas visibles par l’internaute dit « dans la norme » qui surfe donc avec un navigateur normal sur des sites dont l’URL finit par des extensions bien connues comme .com, .fr ou .gouv et qui sont indexés par les moteurs de recherches.

Ce web là, qu’on appelle alors Dark Net ou Deep Web, est accessible via d’autres navigateurs moins connus : les pages qui y sont accessibles ne sont pas répertoriées sur nos moteurs de recherche habituels et leur extension sont en .oignon. Cet univers n’a rien à voir avec la Toile que nous parcourons d’habitude. Et pour cause, les pages que vous découvrirez diffèrent en tout point de notre web de surface. Les contenus ne seront pas les mêmes, ils seront abordés de manière inhabituelle et les personnes qui s’y trouvent ne sont pas vraiment ce qu’on peut appelé des “internautes dans la norme”. C’est pourquoi nous vous demandons de ne rien tapoter sur votre clavier sans y avoir bien réfléchi.

Qu’est ce qu’on y trouve ?

Au premier abord, vous allez probablement être retissant et c’est normal. Ce qu’on est amené à voir sur le Deep Web peut être très choquant : ventes de drogues, d’armes, de services crapuleux, de tutoriels pour faire des explosifs, des espaces pour rentrer en contact avec le Djihad … et c’est de loin les choses les moins violentes que vous y trouverez. A ce stade là de l’article vous êtes très certainement en train de vous dire “Ah d’accord, donc ils veulent m’emmener sur une plateforme criminelle. Merci Buddyweb !”

Et c’est là que que nous intervenons : ce monde ne se limite pas à ça et nous ne sommes pas là pour ce genre de choses. Nous ne cautionnons en aucun cas les activités à caractères illégales.

A la base, le Deep Web était utilisé par des minorités politiques dans des pays où liberté d’expression était synonyme de crime contre l’état. Ces réseaux échappaient au contrôle des gouvernements et les personnes pouvaient alors échanger librement pour s’échanger des infos, prévoir des manifestations, se regrouper pour se donner des vivres ou tout simplement se donner des nouvelles … (mais ne vous y trompez pas, si aujourd’hui vous pouvez y accéder : les entités policières aussi le peuvent également)

C’est pour cet aspect là que nous avons décidé d’aller jeter un coup d’oeil au Dark Net. Pourquoi est ce que nous limiterions notre connaissance à seulement 10% du livre qu’on nous a offert, quand on sait que 90% des pages restantes regroupent tous les chapitres les plus rares et les informations non filtrées dont nous avons besoin ?

Pour nous, le web profond sert à trouver de l’info non filtrée et déformée par plusieurs relais médias, ces derniers étant souvent contrôlés par une forme d’autorité qui les amènent à déformer la réalité.

Comment y aller en toute sécurité ?

Y aller est très simple.

Y aller en toute sécurité nécessite plus d’attention (mais cela en vaut la peine!).

1 — Télécharger Tor (dispnible sur toutes les plateformes) : https://www.torproject.org/

2 — Télécharger un VPN parmi cette liste (il y en a des gratuits) :

3 — Une fois votre VPN activé, on se retrouve sur Tor :

  • Blocage global de Javascript dans NoScript : clic droit sur le S rouge de NoScript (icône à côté de la barre d’adresse), sélectionnez “Options” et dans l’onglet “General” décochez “Scripts Globaly Allowed”
  • Blocage des scripts intégrés dans NoScript : clic droit sur le S rouge de NoScript, sélectionnez “options” et dans l’onglet “Embeddings” cochez les cases interdisant (forbid en anglais) “Java”, “Flash”, “Silverlight”, “Plugins” , “Audio/Video”, “Iframe”, “Frame” et “Font-face”
  • Désactivez Javascript directement dans TorBrowser (about:config) : tapez about:config dans la barre d’adresse, cliquez sur “I’ll be careful, I promise” (je serais prudent, je le promets → pas de panique rien de grave c’est normal), dans la zone de recherche (search) tapez “javascript.enabled”. Par défaut la valeur est à “True”. Double-cliquez dessus pour la passer à “False”
  • Bloquez les “HTTP Referer headers” (about:config) : Toujours dans about: config, recherchez “network.http.sendRefererHeader”. La valeur par défaut est 2. Double-cliquez dessus et passez la valeur à 1

Bonne chance et soyez prudent, capitaine

Si vous avez fait tout cela, vous êtes prêts à surfer de manière anonyme sur le deep web. Attention à vous, vous trouverez n’importe quoi et n’importe qui là-dessus. Ne faites jamais le liens entre votre identité sur le deep web et sur le web en général : on ne met pas son nom de famille, son adresse, même pas un mail … rien. Mais ça, vous l’aviez bien compris.

On ferme les écoutilles, les compartiments de surface et on vérifie l’étanchéité pour préparer notre plongée et on quitte le clear web.

Rendez-vous ici (rentrez ces urls dans votre Tor Browser) :

  • frwikisfa6myvgyx.onion/
  • deepwikizpkrt67e.onion/