Pour ceux qui ne connaissent pas, un hackathon est un évènement de 24–48 heures ou des “hackers” créent des projets par équipe. Le challenge est de créer un quelque chose qui marche à la fin : une app, un objet, etc. C’est très intense, fatiguant, amusant et surtout très inspirant. Les projets doivent généralement tirer parti d’une nouvelle technologie ou bien avoir un impact positif sur le monde.

Inconnus il y a quelques années, on les vois désormais partout. Il font partie intégrante de cette nouvelle digital culture.

Malheureusement, la plupart des hackathons sont nuls aujourd’hui. Pourquoi ? Laissez-moi vous donner quelques raisons.

1. Les hackathons sont (trop) cools

Les hackathons n’ont pas toujours été aussi cools. Ils sont devenus cools depuis que les médias nous vendent la success story du hacker millionaire qui a débuté dans un garage. Le peuple demande du hackathon, les entreprises demandent du hackathon. Tout le monde veut sa part du gateau dans l’univers du cool.

Ne nous méprenons pas : Ce n’est ni un évènement pour les gens hype, ni le dernier accessoire pour entreprises branchées. Un hackathon, ce sont des vrais gens qui travaillent sur des vrais thèmes parce qu’ils aiment ça. Ceux qui voient les choses différemment mettent en danger l’experience même du hackathon.

Lors de mon dernier hackathon, la plupart des équipes ont passé le weekend à débattre autour de leur table. Quand j’ai demandé à un de ces participants ce qu’ils allaient livrer, il m’a répondu “t’inquiète, c’est un hackathon idéologique”.

Comment peut-on dire ça ? L’esprit du hackathon est justement de ne pas être idéologique : on arrive vendredi avec une idée, on repart dimanche avec un prototype. Ceux qui veulent débattre entre amis, refaire le monde et boire des bières se sont trompés d’adresse.

2. Il n’y a pas assez de développeurs

En tant que développeur, je prends plaisir à partager mon expérience et à aider les débutants. Par contre, quand tu vois que la plupart de l’équipe travaille sur les slides de la présentation et que un ou deux devs se tapent tout le travail, il y a quelque chose qui ne colle pas.

Je comprends que ce soit difficile de produire quelque chose en 2 jours s’il n’y a un qu’un seul développeur par équipe. Lors de la création des équipes, j’ai déjà vu des chefs d’équipe se battre entre eux pour mettre la main sur le peu de développeurs disponibles.

Les étudiants des business schools ont gentrifié les hackathons et les développeurs sont partis ailleurs. Quelque part qui n’est ni cool ni mainstream.

3. Les entreprises t’exploitent

Après la sur-médiatisation du hackathon vient la sur-commercialisation. On parle des hackathon comme s’ils permettent d’éradiquer tous les maux de la terre.

Besoin d’améliorer le chiffre d’affaires ? Faisons un hackathon. On a perdu notre place de leader du marché ? Faisons un hackathon.

Certaines startups se sont même spécialisés dans la vente de hackathons clés-en-main aux grosses boîtes. Et dans tout ça, les développeurs volontaires ne sont ni plus ni moins qu’une partie du package qui leur est vendu.

Pire, certaines boîtes pensent que tu devrais être reconnaissant pour avoir passé gratuitement tout ton weekend à régler leurs problèmes. De toutes façons tu es un développeur, tu aimes bien ça… non ?

4. Les gens t’exploitent

De plus en plus de participants viennent aux hackathons dans le seul but de rencontrer des développeurs. C’est un peu pervers non ?

La plupart du temps, ils arrivent déjà avec leur projet qu’ils déguisent ou adaptent pour le faire rentrer dans le thème du hackathon. Il n’y a rien de mauvais à leur donner un coup de main, mais le concept est totalement en décalage avec l’esprit du hackathon.

Qu’est ce qu’on fait?

Bien sûr il y a encore de très bons hackathons, et je continuerai d’y participer. Je ne fais qu’une constatation sur l’état actuel des choses et sur mon inquiétude. Depuis que les enjeux ont évolué, les hackathons ont très vite perdu en qualité.

Développeurs, choisissez bien. Organisateurs, agissez en conséquence.